Alerte aux fortes chaleurs !

Météo France prévoit cette semaine un épisode de chaleur caniculaire rare à cette période de l’année. Les températures atteindront ou dépasseront localement les 40  sous abri, soit un niveau inédit à cette période de l’année.

Comme nous en été, la petite faune sauvage a besoin de s’abreuver plus souvent. Malheureusement lorsque la chaleur est trop écrasante, les points d’eau (flaques, petites mares, fossés…) qui permettent notamment aux oiseaux de se désaltérer et de se baigner pour se rafraîchir sont asséchés par le soleil.

Comment les aider ?

La méthode à adopter est simple, il suffit de mettre de l’eau fraîche à leur disposition. La LPO vous invite donc ces prochains jours à installer à l’ombre, dans votre jardin ou sur votre balcon, un récipient peu profond (3-4 cm) rempli d’eau. Veillez à ce qu’il soit disposé dans un endroit dégagé où les oiseaux peuvent voir venir les éventuels prédateurs. Cela permettra aux oiseaux et aussi aux hérissons, aux écureuils, aux abeilles… de se désaltérer en toute sécurité. Cette eau devra être renouvelée idéalement tous les matins aux heures fraîches afin d’éviter la propagation de maladies, la prolifération des moustiques et maintenue à un niveau constant. Voilà une belle occasion de les observer de près ! Et pour économiser l’eau, pensez à la recueillir dans une bassine en attendant qu’elle chauffe (douche, évier…) ou quand vous lavez une salade… Elle sera plus utile pour vos animaux et vos plantes que dans les eaux usées.

Que faire si vous observez un animal affaibli ?

Avant toute chose, assurez-vous d’abord que l’animal est bien en situation de détresse. Prenez le temps d’observer, de regarder l’environnement dans lequel vous l’avez trouvé. Ne recueillez un animal que s’il est manifestement blessé (aile pendante, trace de saignement, impossibilité de se tenir sur ses pattes). Comme pour les humains, les jeunes animaux s’émancipent à l’adolescence et s’éloignent progressivement de leurs parents. Ils ne sont pas pour autant abandonnés. Dans la plupart des cas, les parents se trouvent aux alentours, partis à la recherche de nourriture ou attendant qu’un potentiel danger se soit éloigné.

La majorité des animaux sauvages craint l’homme : oiseaux et mammifères s’enfuient instinctivement à son approche. Un individu adulte qui reste immobile est vraisemblablement malade, affaibli ou blessé. Incapable de se défendre, il s’expose à la prédation par d’autres animaux et à des dangers divers (faim, déshydratation, épuisement…). Dans ce cas vous devez intervenir en consultant dans un premier temps notre page conseils. Elle vous apportera les conseils et informations indispensables, ainsi que les contacts utiles.

Ce week-end, vous avez rendez-vous avec la nature !

Hirondelles rustiques – LPO Anjou
Petit récapde ce que propose la LPO Anjou pour les jours à venir :
 
  •  Vendredi 10 – 18 h/20 h – 5 € : Balade gourmande sur l’île Saint-Aubin. COMPLET.
  • Vendredi 10 – 20 h 30/22 h – Gratuit : Sortie oiseaux nocturnes, à la rencontre du mystérieux Engoulevent dEurope. COMPLET.
  • Vendredi 10 – 20 h/22 h – Gratuit : La ville dAngers est chouette ! Balade découverte pour découvrir les habitants nocturnes de la ville. Chouettes et chauves-souris seront au rendez-vous ! Inscriptions à la Maison des projets : 02 41 18 21 32.
  • Samedi 11 – 14 h/17 h – Gratuit : Tags botaniques dans la ville de Sainte-Gemmes-sur-Loire, en partenariat avec le Département de Maine-et-Loire. Informations et inscriptions auprès de la mairie : 02 41 66 75 52.
  • Samedi 11 – horaires à préciser – Gratuit : Tags botaniques à Baugé-en-Anjou, en partenariat avec le Département de Maine-et-Loire. Informations et inscriptions auprès de la mairie : 02 41 84 12 12.
  • Dimanche 12 – 9 h/12 h – Gratuit : Qui habite dans la mairie de Chalonnes-sur-Loire, en partenariat avec le Département de Maine-et-Loire. Informations et inscriptions auprès de la mairie : 02 41 74 10 81.
  • Dimanche 12 – 9 h/18 h – Gratuit : Noubliez pas d’aller voter.
Et si vous nêtes pas dispo ce week-end, rendez-vous par ici pour découvrir notre agenda de sorties nature : https://www.lpo-anjou.org/lpo-anjou/events/

Pourquoi il ne faut pas donner de pain aux oiseaux ?

Fin mai, la Maison de l’environnement de la ville d’Angers nous a alertés sur le dérangement d’un nid de cygne. Le nid, situé sur l’île aux Libellules, face à la guinguette du Héron Carré, a été dérangé par un chien non tenu en laisse. Les parents, effrayés, ont quitté le nid et abandonné la nichée [1]

Pour éviter que cela ne se reproduise et pour cohabiter au mieux avec la faune urbaine, voici quelques conseils :

  • À proximité des sites naturels sensibles, merci de tenir votre chien en laisse pour éviter tout désagrément avec la faune sauvage. Pour rappel, le port de la laisse est obligatoire dans le parc Balzac. Des zones sont dédiées pour laisser gambader librement votre chien.
  • Ne donnez pas de pain, de frites ou de saucisses aux cygnes et aux canards, cela génère des maladies et peut même les tuer. Ces aliments provoquent des dysfonctionnements du foie conduisant à une sorte de cirrhose.
    • Il y a trop de sel ;
    • Les oiseaux ne peuvent pas digérer le pain : il provoque des gonflements de l’estomac ;
    • Le gluten provoque des maladies de foie ;
    • Cela engendre des problèmes osseux, provoquant une malformation des ailes appelée « ailes d’ange » qui les empêche de voler ;
    • Les oiseaux perdent l’habitude de se nourrir seuls dans la nature ;
    • Certains individus (cygnes, canards…) changent de comportements et peuvent devenir agressifs à proximité du lieu de nourrissage.

Le pain et les oiseaux ?

Aux mangeoires

Beaucoup de passereaux des jardins deviennent granivores en hiver. Leur régime alimentaire se compose essentiellement de graines, de bourgeons, de baies, de fruits… La meilleure nourriture à distribuer est la graine de tournesol noire (mieux adaptée que la graine de tournesol striée), les cacahuètes fraîches (ou arachides avec la coque) non grillées et non salées (exemptes de la mortelle aflatoxine), et le maïs concassé.

Bassins et plans d’eau urbains

Les canards de surface, les cygnes tuberculés, mais aussi les foulques macroules, les gallinules poule-d’eau et les mouettes rieuses ne sont pas des espèces programmées pour digérer le pain. Elles ont un régime alimentaire principalement composé de résidus végétaux (feuilles, tiges, racines, graines…) auxquels elles ajoutent parfois des petits mollusques d’eau douce (limnées), des vers et des insectes aquatiques.

Que donner aux oiseaux ?

[1] Dans un contexte général d’érosion de la biodiversité, le code de l’environnement interdit notamment le dérangement, la destruction mais aussi la capture de ces espèces protégées. La peine encourue pour ce délit est de 3 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende.