Suivi de migration

Pour la première fois, la LPO Anjou organise un suivi de migration sur la Butte d’Antoigné, site inscrit à la ZPS de la Champagne de Méron. Après plusieurs observations automnales signalant le passage de centaines de passereaux, nous souhaiterions mieux connaître l’intérêt du site pour la migration.  

Dans le cadre de sa mission de suivi de la ZPS, LPO Anjou organise 2 sessions d’étude « test »: du 9 au 18 septembre et du 8 au 19 octobre chaque matin de la semaine du lever du soleil à midi.

Pour mener à bien son enquête, nous avons besoin de vous : œil de lynx, oreille de Fennec ou scribe, on a besoin de toutes les bonnes volontés. Pour nous aider, inscrivez-vous ICI

(Renseignez votre adresse mail pour que l’on puisse vous contacter et vous transmettre plus d’informations).

Signé : La Team ZPS

Mais c’est quoi la migration ?

Il existe une idée préconçue concernant la migration : les oiseaux migrateurs fuient l’hiver à cause du froid. En réalité, les oiseaux suivent la saison chaude et profitent de l’été au Nord comme au Sud. Ce n’est pas le changement de température qui les poussent principalement à partir, mais le manque de nourriture. Après la saison d’hiver, arrive le printemps. Ce phénomène commun dans les zones tempérées entraîne une augmentation rapide de l’abondance des ressources alimentaires : la germination des plantes, la maturation des fruits et des graines ainsi que l’émergence des insectes. Les ressources ne sont plus limitées comme en hiver. Les conditions de vie sont suffisamment favorables pour permettre l’accueil d’un grand nombre d’oiseaux qui vont pouvoir venir se reproduire et subvenir au besoin de leurs progénitures affamées.

Durant l’année, il existe deux périodes de migration. La première, qui est donc le voyage vers le nord où les oiseaux viennent pour se reproduire au printemps, est appelée la migration prénuptiale. La seconde, qui correspond à l’envol d’automne vers les pays chauds lorsque les conditions ne permettent plus de subvenir aux besoins d’une si grande population, c’est la migration postnuptiale.


©Migration.net

Lors de la migration prénuptiale, les oiseaux provenant d’Afrique et de la péninsule Ibérique se retrouvent confrontés à la chaîne de montagne des Pyrénées. Afin de ne pas gaspiller d’énergie, les migrateurs contournent les obstacles paysagers difficiles à franchir et s’engagent donc sur deux chemins : soit à l’ouest des Pyrénées, soit à l’est. C’est ainsi que se forment les deux principales voies de migration en France. À l’est les oiseaux s’engouffrent dans la vallée du Rhône, entre les Alpes et le Massif central où il existe plusieurs sites de suivi de la migration comme l’Escrinet. Tandis qu’à l’ouest, les animaux suivent les côtes de l’Océan atlantique. Les chemins sont identiques (mais inversés), en automne, pour la migration postnuptiale.

Posted in Non classé.