Vers une deuxième saison catastrophique pour les Sternes de la Loire

L’année avait pourtant si bien débuté. Les Sternes naines et Sternes pierregarins, espèces emblématiques qui nichent sur les bancs de sable de la Loire sont revenues en nombre cette année afin de pondre leurs œufs au sein de cavités creusées à même le sable et élever leurs jeunes.

La LPO Anjou comptabilisait ainsi 14 sites, tout début juin, réunissant au total 248 couples de Sternes pierregarin et 156 couples de Sternes naines. Cela faisait plusieurs années que nous n’avions pas eu une telle population.

Malheureusement une crue d’ampleur exceptionnelle est survenue entre le 17 et le 19 juin avec une hausse des niveaux de la Loire avoisinant les 1,40m. Cette crue a submergé l’ensemble des 14 sites identifiés comme sites de reproduction. Nids, œufs et poussins ont été emportés par les eaux en pleine nuit.

Il aura fallu 15 jours pour voir la moitié des couples seulement s’installer de nouveau en colonies et relancer un nouveau cycle. Mais les menaces pesant sur ces couples sont toujours là.

Sterne naine – Louis-Marie Préau

Le pire des scénarios

Comme en 2018, menaces naturelles et anthropiques se conjuguent. La saison touristique est déjà bien lancée et les sternes couvent toujours leurs œufs. À ce stade, les couples et colonies sont extrêmement vulnérables et chaque envol fragilise un peu plus leur reproduction. La succession des envols suite à des passages répétés aux abords des colonies peuvent engendrer la mort des embryons ou la déshydratation des poussins exposés ainsi aux fortes chaleurs, ou aux possibles prédateurs, sans protection des adultes.

La LPO Anjou constate cette année un essor des activités touristiques en Loire d’ampleur exceptionnelle aggravant une situation déjà bien compliquée. Notre association constate une augmentation non négligeable des activités récréatives de Loire mais surtout de comportements irrespectueux mettant à mal les colonies (survol à très basse altitude, débarquements impromptus, divagation de chien, bivouacs …). 

Cette soif de nature, compréhensible après la période de confinement que nous avons tous vécue, ne doit pas aboutir à la destruction d’une partie de l’écosystème « Loire » aussi la LPO Anjou tire la sonnette d’alarme.

Le 13 juillet dernier, l’une des plus grosses colonies connues à ce jour, pourtant protégée par des panneaux, a disparu, des suites probables d’un dérangement. Pour la première fois depuis plus de 10 ans, aucun couple de sterne ne se reproduira sur la partie angevine située à l’amont de Saumur.

Cela ne peut continuer, jusqu’où faut-il aller pour que cela cesse ? 

RESPONSABILISONS-NOUS DES A PRÉSENT !

Sterne pierregarin – LPO Anjou

Petit rappel sur l’arrêté préfectoral de protection de biotope

Sur cette partie de Loire située entre Montsoreau et les Ponts-de-Cé, les sites de reproduction des sternes sont protégés par arrêté préfectoral et tout débarquement y est interdit entre le 1er avril et le 15 août.

Comme chaque année, la LPO Anjou place des panneaux de sensibilisation et réglementaires autour de chaque colonie (bancs de sables avec installation de couples) afin que chaque site soit identifiable par les usagers de la Loire. Le but est d’assurer toute la quiétude nécessaire aux couples de sternes pour la réussite de leur cycle de reproduction. Ces mesures sont essentielles et accompagnent le dispositif d’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope actuellement en vigueur sur 2 tronçons de Loire. Chaque colonie est ainsi « protégée » par la mise en place de panneaux signalant la présence d’un site occupé.

Cette année encore, la population de sternes reste très fragile et leurs nichées menacées. Les gestes à respecter sont pourtant simples.

Quelques règles simples à respecter

  • Ne pas débarquer sur un site équipé de panneaux
  • En cas de grève tardivement rattachée à la berge : respecter la colonie et maintenir son chien en laisse
  • Pas de survols à basse altitude
  • Passer au large de sites équipés de panneaux, ne pas s’approcher, ne pas stationner à proximité directe, rester silencieux

Conclusion

Les Sternes et plus largement le patrimoine naturel de ce fleuve Loire qui nous est cher, sont un bien commun que nous nous devons tous de protéger afin que nos enfants, petits-enfants et générations futures puissent continuer de s’émerveiller de leur présence, de les voir évoluer sur ce fleuve.

Notre association, associée à de nombreuses structures telles que le PNR Loire-Anjou-Touraine, la DDT 49, l’Office Français pour la Biodiversité (OFB), œuvre chaque année à leur protection mais nos actions conjointes ne pourront y parvenir sans une participation collective.

Il est désormais temps que chacun d’entre nous prenne conscience de la fragilité de ces espèces et de l’importance de les protéger.

Cela passe inévitablement par le respect de la quiétude de ces oiseaux au cours de la saison de reproduction.

Posted in Non classé.