Déploiement de la fibre dans nos campagnes : bocage et agriculteurs sur le fil !

Communiqué – 25 novembre 2020, « À la Sainte-Catherine tout bois prend racine »

L’arrivée de la fibre numérique dans les campagnes de Maine-et-Loire peut s’avérer un atout pour le monde rural et nous souscrivons à ce déploiement. Celui-ci est hélas régulièrement réalisé en dégradant parfois fortement le bocage de nos territoires et fait reposer sur les agriculteurs toute la responsabilité en cas de dommages sur les lignes. Nos structures tirent la sonnette d’alarme et souhaitent que des solutions techniques et des bonnes pratiques soient mises en œuvre.

Entretien des lignes téléphoniques : des années de laisser-aller

Depuis plusieurs décennies, Orange/France Télécom ainsi que l’ensemble des collectivités du territoire, en particulier les communes, ont renoncé à l’application de l’article L51 du code des postes et des communications électroniques qui obligeait les agriculteurs à élaguer les abords du fil téléphonique en cuivre, l’usage voulant que la collectivité entretienne le côté route et l’agriculteur le côté champs. Sauf à penser qu’il y ait eu négligence pendant tout ce temps-là, force est de constater que les acteurs concernés ont favorisé l’implantation de haies sur les exploitations agricoles là où elles touchaient le moins l’activité agricole, à savoir aux abords des routes, Orange prenant même à sa charge les ruptures et dégâts causés par les arbres sur les lignes téléphoniques.

De nouvelles exigences qui manquent de concertation et de bases juridiques

Depuis quelques mois, la situation a brutalement changé. Afin de permettre un déploiement rapide de la fibre optique en Maine-et-Loire (avant 2022), la stratégie choisie consiste à poser les lignes en aérien, sur l’existant c’est-à-dire au-dessus des fils téléphoniques. Le syndicat mixte ouvert Anjou Numérique et la société Anjou Fibre, respectivement commanditaire et titulaire du marché, ont décidé, sans concertation préalable suffisante, et surtout dans la quasi-totalité des cas sans en informer les agriculteurs concernés en amont, que ces derniers avaient la responsabilité de la remise en conformité du réseau bocager, et de son entretien futur, afin d’éviter toute présence de végétaux à distance d’un mètre de la fibre optique. Les bases juridiques ne semblent en outre pas fondées au regard du code rural.

Quelles conséquences pour les agriculteurs ?

L’agriculteur qui voudra conserver ses haies aux gabarits qui leur permettent de jouer leur rôle écologique devra alors faire réaliser des travaux de taille spécifiques et ce, dans la durée, opérations coûteuses à léchelle des exploitations agricoles. Il aura également sur sa tête une épée de Damoclès financière très importante en cas de rupture de la fibre lors de la taille de la haie ou lors d’une chute de branche, sans minimiser la responsabilité morale pour les paysans d’une coupure du réseau internet de tout un secteur le temps du remplacement de la ligne.

Quelles conséquences pour le bocage ?

Nous observons déjà dans de multiples endroits du département, ainsi que dans les départements voisins, des coupes claires d’importants linéaires de haies, où des coupes ramenant les haies « à hauteur de broyeur », qui ne leur permettent plus de jouer leurs rôles écologiques : captation de carbone, réservoir de biodiversité, préservation de la ressource en eau…

Des bonnes pratiques à mettre en œuvre et vite !

Devant cette situation, et avant que nous n’assistions à l’arrachage ou au « ratiboisage » d’importants linéaires de haies bocagères, il est important que le Département par l’intermédiaire d’Anjou Numérique revoie son modèle de déploiement en impliquant Orange :

  • en prenant à leur charge la remise en conformité du réseau avec des techniques d’élagage permettant dans le temps la cohabitation entre la fibre et la haie ;
  • en signant une convention qui alloue lentretien et la taille des haies relatifs à la fibre aux collectivités ou à Anjou Fibre, et en exonérant les agriculteurs de toutes responsabilités en cas de rupture de la fibre ;
  • en enterrant les lignes des fibres optiques si les deux points précédents ne peuvent être respectés. En Vendée, le choix d’enterrer un important linéaire en milieu rural a été acté par les collectivités. Cette vision de long terme est cohérente avec la fin progressive des réseaux cuivre annoncée par Orange.

Il en va du maintien et de la survie de notre réseau bocager, ce patrimoine collectif si primordial au regard des enjeux écologiques majeurs à relever au xxiᵉ siècle.

Biodiversité : Biolait engage pour la première fois les consommateurs dans son action, avec la LPO

En partenariat avec la LPO des Pays de la Loire, première association de protection de la nature, Biolait va plus loin pour la transition sociétale. Engagé depuis 25 ans pour une agriculture respectueuse de la biodiversité, le groupement de producteurs de lait bio embarque, pour la toute première fois, directement les consommateurs dans son action.

L’ambition des deux partenaires : miser sur des rencontres inédites entre des producteurs locaux, des naturalistes et des consommateurs sur les fermes pour déclencher des actions concrètes en faveur d’une alimentation encore plus respectueuse de la nature.

Les 30 premières rencontres auront lieu dans les Pays de la Loire d’ici à la fin de 2021.

À terme, Biolait et la LPO déploieront l’action partout en France.

En Maine-et-Loire, voici les 4 fermes que nous accompagnons dès cet hiver :

  • GAEC du Kozon à Chemillé-en-Anjou
  • P. Sanchez
  • GAEC EMJ à Denée

Les prairies représentent en moyenne 80 % des fermes, soit 94 000 ha partout en France ; c’est autant de surface consacrée au développement de la faune et de la flore (haies, oiseaux, insectes…). Lancer la démarche sur ces espaces faisait sens pour les deux partenaires, convaincus que la mise en action passe avant tout par la rencontre et l’émerveillement collectif sur le terrain. Par le partage honnête et sans filtre de connaissances entre ces trois profils, ces temps d’échange visent d’une part à accompagner les éleveurs et éleveuses vers des pratiques encore plus positives pour l’environnement, et d’autre part à éclairer les consommateurs sur leurs choix en magasin.

Biolait collecte du lait 100 % bio et français au sein de 1 400 fermes situées partout en France. Sans OGM, ni pesticides, ni engrais chimiques, les pratiques des éleveurs et éleveuses sont tournées vers la maximisation du pâturage bio depuis la création du groupement en 1994.

La LPO, soutenue par ses 57 000 adhérents en France et 4 000 adhérents dans les Pays de la Loire, met en place des actions concrètes pour protéger la biodiversité et sensibiliser le grand public, les scolaires, les collectivités, les entreprises à ces actions. Grâce à son programme Paysans de nature®, la Coordination régionale LPO Pays de la Loire vise également à la création et au développement d’espaces protégés par le soutien à l’installation paysanne engagée pour la biodiversité.

Retrouvez le communiqué de presse ici

Interdiction de se promener en période de confinement sauf pour les chasseurs

Alors que des millions de Français sont confinés et ne peuvent pas se promener à plus d’un kilomètre de chez eux, à juste titre puisqu’il s’agit de réduire la mise en danger des populations, quelques dizaines de milliers d’entre eux ont pourtant été autorisés à se rendre dans la nature sous prétexte d’absolue nécessité de régulation des espèces susceptibles de causer des dommages. Mais quelle était l’urgence dans la plupart des cas au regard d’une crise sanitaire sans précédent ? La LPO et l’ASPAS saisissent la justice.

V. arrêté préfectoral de Maine-et-Loire

En temps normal déjà, la destruction systématique et massive de certaines espèces est sujette à discussions tant les dégâts sont trop souvent fantaisistes et rarement vérifiés, de même les effets indésirables non mesurés, pas plus que l’efficacité de ces destructions préventives. En pleine période de COVID-19, doublée d’un risque avéré de grippe aviaire puisque l’ensemble du territoire métropolitain vient d’être placé en vigilance risque élevé, ces dérogations témoignent, pour un trop grand nombre d’entre elles, d’un laxisme administratif incompréhensible. Ainsi, l’Administration autorise des regroupements de chasseurs en battue jusqu’à 30, voire 50 personnes, sans limite de durée, de jours, de distance du domicile…

La circulaire ministérielle du 31 octobre encadrant les possibles dérogations avait pourtant bien interdit la chasse dite « de loisir ». C’était sans compter sur le poids du lobby cynégétique qui a su obtenir de véritables passe-droits. D’ailleurs certains chasseurs ne se privent pas de clamer qu’ils ont gagné sur les réseaux sociaux et dans la presse.

Vous voulez nourrir vos appelants ?

Cochez la case 3 qui indique « Consultations, examens et soins ne pouvant être assurés à distance et l’achat de médicaments » ;

Vous voulez chasser autour de chez vous ?

Cochez la case 6 «  Déplacements brefs dans la limite d’une heure quotidienne et dans le rayon d’un kilomètre du domicile » ;

Vous voulez aller tirer des sangliers, cerfs, daims, un peu partout en France, ou des chamois (comme dans le Haut-Rhin et la Haute-Saône), des mouflons (comme en Lozère ou dans l’Hérault), des renards, blaireaux (comme dans le Territoire de Belfort), des pigeons ramiers (comme dans le Lot-et-Garonne), des corneilles et même des cormorans pourtant protégés (en Charente, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Haute-Vienne) ?


Grand Cormoran Phalacrocorax carbo – Crédit photo : A. Boullah/LPO

Cochez la case 8 « Participation à des missions d’intérêt général ».

Tout aussi inacceptable, des espèces qui n’étaient pas jugées comme susceptibles de causer des dégâts à cette époque de l’année, faute de semis par exemple, le deviennent sous le coup de cette crise sanitaire. C’est le cas du pigeon ramier.

Certes, un trop grand nombre de sangliers peut causer et cause des dégâts agricoles et économiques. Mais pourquoi alors ne pas interdire l’agrainage ou les chasses en enclos ? Les sangliers peuvent être tirés toute l’année. On ne fera croire à personne qu’interrompre la chasse pendant le mois de confinement va conduire à une invasion incontrôlable par les sangliers. Rappelons que les mises bas ont lieu de février à juin et qu’il n’y a pas de naissance de sangliers en automne. Cela signifie, qu’en l’absence de chasse durant le mois de novembre, le nombre de sangliers début décembre sera, au pire, le même que celui début novembre. En cas d’urgence, le préfet dispose toujours de la possibilité d’organiser des chasses administratives sous la direction et le contrôle de la louveterie et des agents de l’OFB. La menace d’une invasion, si la chasse est suspendue pendant le confinement, relève donc du fantasme plus que de la réalité.

Le président de la Fédération nationale des chasseurs, président également de la Fédération départementale des chasseurs du Pas-de-Calais, a même tenté, sans succès il est vrai, d’obtenir le droit de chasser les perdrix, faisans et autres lièvres ! Seraient-ils également nuisibles aux cultures ? Mais alors pourquoi lâcher 15 millions de gibiers d’élevage dans la nature chaque année ?

Les commissions départementales de la chasse et de la faune sauvage, déjà composées en grande majorité par des chasseurs, ont été réunies du jour au lendemain, sans respect des délais de convocation. Étions-nous donc à 4 jours près ?

Fort de ce constat, la LPO et l’ASPAS ont paré au plus pressé en attaquant les 23 arrêtés qui leur ont paru les plus incongrus : Aisne (02), Ardennes (08), Aube (10), Calvados (14), Charente (16), Corrèze (19), Creuse (23), Eure (27), Indre-et-Loire (37), Loire-Atlantique (44), Lot-et-Garonne (47), Lozère (48), Maine-et-Loire (49), Marne (51), Mayenne (53), Meurthe-et-Moselle (54), Nord (59), Haut-Rhin (68), Haute-Saône (70) Sarthe (72), Seine-Maritime (76), Haute-Vienne (87), Territoire de Belfort (90).

Inscription 2021 au Club des jeunes naturalistes de la LPO Anjou

Tu as entre 8 et 16 ans : tu aimes parcourir la nature et découvrir ses merveilles ?… Alors, viens rejoindre le Club des jeunes naturalistes de la LPO Anjou en 2021.

Pour sa treizième année, le club propose toujours une sortie mensuelle, en général le samedi après-midi avec chaque fois un thème différent, et une sortie sur un week-end. Cette année nous tenterons de scinder le groupe entre les plus jeunes (8-12 ans) et les plus âgés (13-16 ans) afin d’adapter l’animation à notre public. Une année encore très riche en nouveautés est proposée avec des découvertes incroyables allant du minuscule avec les abeilles à l’immensité de l’espace, en passant par les grenouilles, les serpents et les hérissons.

Tu confectionneras des objets à partir de matériaux naturels (vannerie, nichoirs), tu goûteras les trésors de la nature, tu frissonneras en écoutant les chouettes ou en observant les anneaux de Saturne. Tu devras faire appel à ta force pour aider un pêcheur à lever ses filets en Loire ou au contraire à ta délicatesse pour détacher un oiseau des filets et ensuite le baguer avec les scientifiques qui étudient leur migration. Tu feras tourner un vrai moulin à vent. Tu sauras être discret pour observer le castor ou les oiseaux hivernants. Enfin tu apprendras comment on protège et soigne les hérissons. Ce qui est sûr c’est que tu repartiras avec des souvenirs incroyables et des découvertes variées sur les oiseaux, les mammifères, les insectes, les poissons et même les arbres…

Le rendez-vous est fixé à Chalonnes-sur-Loire ou sur Angers, puis les bénévoles assurent les transports sur le site d’observation situé habituellement à proximité ou aux environs d’Angers. Nous accueillons des enfants de tout le département. Le nombre de places est limité à 25 et les sorties se font sur l’année civile (de février à décembre). Les frais sont réduits à l’inscription familiale à la LPO : 42 € en 2021 et 4 € par enfant d’inscription au Club CPN « Connaître et protéger la nature » ensuite une participation est parfois demandée pour certaines sorties (création nichoir, sortie en bateau sur la Loire) .

Les enfants intéressés pour découvrir la nature avec les bénévoles du club sont invités à contacter Valérie Chalumeau, tél. : 06 62 91 43 61 ou courriel : didiervalerie.chalumeau@orange.fr

Vente de graines et calendriers 2021

Nous avons besoin de vous !

Comme chaque année, la LPO Anjou propose une vente de calendriers au profit de l’association et de graines de tournesol bio pour nourrir les oiseaux des jardins pendant l’hiver.

Pour commander rendez-vous par ici

Amélioration de la prise en compte de la Loutre d’Europe

Loutre d’Europe – Joël Tudoux

Dans le cadre du plan national d’actions en faveur de la Loutre d’Europe financé par la DREAL Pays de la Loire, la LPO suit et accompagne depuis 2014 la recolonisation du département de Maine-et-Loire par l’espèce. En effet cette espèce qui a fortement régressé à cause de la dégradation de son habitat et de la chasse pour la fourrure recolonise petit à petit les cours d’eau. Cependant cette recolonisation est fragile et nécessite une prise de conscience des différents acteurs liés, agissant sur les cours d’eau comme les syndicats de rivières ou le conseil départemental 49. 

Sa recolonisation peut être perturbée, par exemple, par le franchissement des ouvrages d’art des routes (pont, buse, etc.). En effet lorsqu’un ouvrage est infranchissable par la voie aquatique ou si l’énergie qu’elle doit dépenser pour le traverser est trop grande, elle préfèrera passer au-dessus et risquera donc de se faire percuter par un véhicule. Les collisions routières sont la première cause de mortalité de cette espèce dans les Pays de la Loire, ce qui en fait donc une problématique majeure pour sa conservation. De plus une mauvaise gestion des berges et de la ripisylve peut aussi lui être dommageable car elle a besoin de zones de tranquillité pour la reproduction.

Pour enrayer son déclin, améliorer sa recolonisation et sa prise en compte, la LPO Anjou a rencontré différents techniciens qui s’occupent de rivières en 2020. Ces techniciens font partie de syndicats de rivière qui œuvrent au rétablissement de la bonne qualité des masses d’eau et des milieux aquatiques en France. Ce sont donc des acteurs incontournables à sensibiliser pour le retour de la Loutre d’Europe et plus largement des mammifères semi-aquatiques comme le Castor d’Eurasie et le Campagnol amphibie. 

Nous avons donc rencontré au total 6 syndicats :  

  • Le SMBVAR (Syndicat mixte des Basses Vallées Angevines et de la Romme) ;
  • L’agglomération de Saumur qui œuvre sur le Thouet ;
  • L’Établissement public territorial de bassin de la Sèvre nantaise ;
  • Le syndicat mixte EDENN qui s’occupe de l’Erdre ;
  • Le syndicat Layon-Aubance-Louets ;
  • Le syndicat du bassin de l’Oudon.
Aménagement par le conseil départemental de Maine et Loire – Alexandre Martin

Les techniciens n’étaient pas toujours au courant de la présence de la loutre sur leur territoire d’action et ces rendez-vous ont donc été l’occasion d’échanger sur les possibilités de prendre en compte la loutre et les mammifères semi-aquatiques dans leur programme de travaux. Nous avons aussi pu visiter des ouvrages d’art problématiques pour le passage de la faune et discuter des solutions possibles. Nous allons poursuivre en 2021 ce travail en essayant de rencontrer d’autres syndicats de rivière et d’autres acteurs agissant sur les cours d’eau.  

Rédaction : Alexandre Martin et Sylvie Desgranges.  

Budget participatif Angers 2020 : votez pour le projet n°31 !

Rappel du projet  : « Une mare pour les crapauds au parc du Vallon »

Dès la fin de l’hiver, les crapauds du quartier lac de Maine migrent la nuit vers le lac de Maine pour s’y reproduire.
Beaucoup d’entre eux passent par le parc du vallon puis franchissent l’avenue du lac de Maine où plusieurs dizaines sont écrasés chaque année par les véhicules et cela malgré le crapauduc relevé chaque matin de février à avril par les bénévoles.

Pourquoi ce projet ?

La création d’une mare :

  • Pour permettre aux crapauds de se reproduire sans avoir à franchir la route et donc de ne pas être écrasés !
  • Pour favoriser la biodiversité (libellules, oiseaux, amphibiens…)
  • Pour offrir un support pédagogique aux écoles environnantes, afin de sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement et au respect du vivant.

Comment voter ?

Par voie numérique en se rendant sur la plateforme Écrivons Angers.
ou
par bulletin papier à compléter et à déposer dans l’une des urnes situées dans la ville :

  • A l’Agora du budget participatif, place du Ralliement : du lundi au vendredi, de 12h à 14h et de 17h à 19h30, le samedi, de 11h à 18h
  • A la Cité des associations,
  • A l’hôtel de ville,
  • Au J, Angers connectée jeunesse,
  • A la médiathèque Toussaint
  • ou dans votre maison de quartier

Quand voter ?

Nous comptons sur vous pour voter (et faire voter autour de vous) jusqu’au 19 octobre en faveur du projet de la LPO, le no 31 !

À vous de jouer  !

Cet automne, j’agis !

La LPO Anjou propose aux jeunes du département de profiter de quelques jours de leurs vacances de la Toussaint pour découvrir et préserver le patrimoine naturel et historique de la vallée du Layon.

Du 26 au 30 octobre, l’association propose 5 jours de chantier découverte à des jeunes de 13 à 17 ans. Épaulés, le matin, par le conservateur de la réserve, les participants auront pour mission de réaliser des nichoirs, un abreuvoir en pierres maçonnées, un sentier botanique ou d’entretenir les espaces.

L’après-midi, ils pourront, accompagnés d’un animateur nature, découvrir le patrimoine naturel et historique de l’Anjou en participant à un rallye nature au cœur de la réserve, en cherchant des fossiles ou en partant à la découverte des oiseaux de Loire.

Ce stage gratuit se déroule sur la réserve naturelle régionale des Coteaux de Pont-Barré à Beaulieu-sur-Layon. Il s’adresse à des jeunes soucieux de l’environnement et qui ont envie de s’impliquer dans sa protection. Aucune compétence n’est requise, à part être toujours de bonne humeur et surtout aimer la vie en groupe !

Il permettra de mettre en place des aménagements au profit de la faune sauvage et aux jeunes de se rencontrer autour d’une action concrète. Les horaires sont adaptables en fonction des besoins du groupe. Pour chaque participant, il faudra prévoir le pique-nique pour le déjeuner, une tenue qui ne craint pas les travaux d’extérieur. Nous fournissons tout le matériel de chantier, le goûter et l’eau.

À 25 km au sud d’Angers, la réserve naturelle régionale des Coteaux du Pont-Barré surplombe la vallée du Layon et ses vignobles. Le relief particulier, fait de pentes entrecoupées de nombreux petits plateaux et d’escarpements rocheux, et la complexité géologique (mélange de roches acides et basiques) participent au maintien d’une mosaïque d’habitats naturels, auquel contribuent des conditions climatiques tout aussi remarquables. L’exposition très ensoleillée, la très faible pluviométrie alliée à l’orientation de la vallée et son lien avec la Loire expliquent la présence de nombreuses espèces végétales et animales d’affinité méridionale.

Suivi de migration

Pour la première fois, la LPO Anjou organise un suivi de migration sur la Butte d’Antoigné, site inscrit à la ZPS de la Champagne de Méron. Après plusieurs observations automnales signalant le passage de centaines de passereaux, nous souhaiterions mieux connaître l’intérêt du site pour la migration.  

Dans le cadre de sa mission de suivi de la ZPS, LPO Anjou organise 2 sessions d’étude « test »: du 9 au 18 septembre et du 8 au 19 octobre chaque matin de la semaine du lever du soleil à midi.

Pour mener à bien son enquête, nous avons besoin de vous : œil de lynx, oreille de Fennec ou scribe, on a besoin de toutes les bonnes volontés. Pour nous aider, inscrivez-vous ICI

(Renseignez votre adresse mail pour que l’on puisse vous contacter et vous transmettre plus d’informations).

Signé : La Team ZPS

Mais c’est quoi la migration ?

Il existe une idée préconçue concernant la migration : les oiseaux migrateurs fuient l’hiver à cause du froid. En réalité, les oiseaux suivent la saison chaude et profitent de l’été au Nord comme au Sud. Ce n’est pas le changement de température qui les poussent principalement à partir, mais le manque de nourriture. Après la saison d’hiver, arrive le printemps. Ce phénomène commun dans les zones tempérées entraîne une augmentation rapide de l’abondance des ressources alimentaires : la germination des plantes, la maturation des fruits et des graines ainsi que l’émergence des insectes. Les ressources ne sont plus limitées comme en hiver. Les conditions de vie sont suffisamment favorables pour permettre l’accueil d’un grand nombre d’oiseaux qui vont pouvoir venir se reproduire et subvenir au besoin de leurs progénitures affamées.

Durant l’année, il existe deux périodes de migration. La première, qui est donc le voyage vers le nord où les oiseaux viennent pour se reproduire au printemps, est appelée la migration prénuptiale. La seconde, qui correspond à l’envol d’automne vers les pays chauds lorsque les conditions ne permettent plus de subvenir aux besoins d’une si grande population, c’est la migration postnuptiale.


©Migration.net

Lors de la migration prénuptiale, les oiseaux provenant d’Afrique et de la péninsule Ibérique se retrouvent confrontés à la chaîne de montagne des Pyrénées. Afin de ne pas gaspiller d’énergie, les migrateurs contournent les obstacles paysagers difficiles à franchir et s’engagent donc sur deux chemins : soit à l’ouest des Pyrénées, soit à l’est. C’est ainsi que se forment les deux principales voies de migration en France. À l’est les oiseaux s’engouffrent dans la vallée du Rhône, entre les Alpes et le Massif central où il existe plusieurs sites de suivi de la migration comme l’Escrinet. Tandis qu’à l’ouest, les animaux suivent les côtes de l’Océan atlantique. Les chemins sont identiques (mais inversés), en automne, pour la migration postnuptiale.