Chasse à la tourterelle des bois : la France tente de pigeonner l’Europe

A peine arrivée, Barbara Pompili va-t-elle ouvrir le feu sur la tourterelle des bois, espèce en voie d’extinction, malgré l’injonction de la Commission Européenne d’y mettre fin ?!

Tourterelle des bois – Grégoire Duffez

Le Ministère de la transition écologique s’apprête à laisser tuer 17 460 tourterelles des bois dès la rentrée de septembre. Alors qu’une infraction a été ouverte par la Commission Européenne contre la France qui laisse chasser cette espèce en danger, et que le candidat Emmanuel Macron s’était engagé à stopper la chasse des espèces en mauvais état de conservation.

La LPO invite ses sympathisants à participer à la consultation publique ouverte jusqu’au 12 août afin de s’opposer à ce projet d’arrêté incompréhensible. 

Inscrite sur la liste rouge de l’UICN, la Tourterelle des bois est menacée d’extinction au niveau mondial. Ses effectifs en Europe sont en chute libre (-80% depuis 1980). Ce déclin apparaît comme particulièrement prononcé sur la voie de migration occidentale dont fait partie la France. Des pays comme le Royaume Uni pleurent déjà sa disparition. Et ce ne sont pas les milieux favorables qui manquent.

Le 2 juillet dernier, la Commission Européenne a pourtant adressé un avis motivé à la France afin qu’elle prenne des mesures urgentes contre la chasse des espèces en mauvais état de conservation et en premier lieu la Tourterelle des bois.

L’an dernier, consulté par le Ministère en charge de la transition écologique, un comité d’experts scientifiques a conclu à la nécessité de stopper au moins provisoirement la chasse de cette espèce afin de maximiser les chances d’une stabilisation des effectifs à court terme. L’Etat a quand même cédé au lobby cynégétique et accordé un quota de 18.000 oiseaux, jurant que les « prélèvements » seraient encadrés, rapportés et analysés. Las, les chasseurs n’ont pas déclaré toutes leurs prises et personne n’est en mesure de dire si ce quota a été respecté ou non faute de contrôles suffisants. Le recours de la LPO contre cet arrêté ministériel du 30 août 2019 n’a toujours pas été examiné sur le fond. Le chiffre de 17.460 proposé cette année à la place de 18.000  prend simplement en considération une baisse de population estimée à 3 % par an. 

Pour Allain Bougrain Dubourg : « Le Premier Ministre Jean Castex a annoncé la main sur le cœur une prise en compte des enjeux écologiques par le nouveau gouvernement. Le voici devant l’épreuve du feu. Les Français sauront vite à quoi s’en tenir ».

Vers une deuxième saison catastrophique pour les Sternes de la Loire

L’année avait pourtant si bien débuté. Les Sternes naines et Sternes pierregarins, espèces emblématiques qui nichent sur les bancs de sable de la Loire sont revenues en nombre cette année afin de pondre leurs œufs au sein de cavités creusées à même le sable et élever leurs jeunes.

La LPO Anjou comptabilisait ainsi 14 sites, tout début juin, réunissant au total 248 couples de Sternes pierregarin et 156 couples de Sternes naines. Cela faisait plusieurs années que nous n’avions pas eu une telle population.

Malheureusement une crue d’ampleur exceptionnelle est survenue entre le 17 et le 19 juin avec une hausse des niveaux de la Loire avoisinant les 1,40m. Cette crue a submergé l’ensemble des 14 sites identifiés comme sites de reproduction. Nids, œufs et poussins ont été emportés par les eaux en pleine nuit.

Il aura fallu 15 jours pour voir la moitié des couples seulement s’installer de nouveau en colonies et relancer un nouveau cycle. Mais les menaces pesant sur ces couples sont toujours là.

Sterne naine – Louis-Marie Préau

Le pire des scénarios

Comme en 2018, menaces naturelles et anthropiques se conjuguent. La saison touristique est déjà bien lancée et les sternes couvent toujours leurs œufs. À ce stade, les couples et colonies sont extrêmement vulnérables et chaque envol fragilise un peu plus leur reproduction. La succession des envols suite à des passages répétés aux abords des colonies peuvent engendrer la mort des embryons ou la déshydratation des poussins exposés ainsi aux fortes chaleurs, ou aux possibles prédateurs, sans protection des adultes.

La LPO Anjou constate cette année un essor des activités touristiques en Loire d’ampleur exceptionnelle aggravant une situation déjà bien compliquée. Notre association constate une augmentation non négligeable des activités récréatives de Loire mais surtout de comportements irrespectueux mettant à mal les colonies (survol à très basse altitude, débarquements impromptus, divagation de chien, bivouacs …). 

Cette soif de nature, compréhensible après la période de confinement que nous avons tous vécue, ne doit pas aboutir à la destruction d’une partie de l’écosystème « Loire » aussi la LPO Anjou tire la sonnette d’alarme.

Le 13 juillet dernier, l’une des plus grosses colonies connues à ce jour, pourtant protégée par des panneaux, a disparu, des suites probables d’un dérangement. Pour la première fois depuis plus de 10 ans, aucun couple de sterne ne se reproduira sur la partie angevine située à l’amont de Saumur.

Cela ne peut continuer, jusqu’où faut-il aller pour que cela cesse ? 

RESPONSABILISONS-NOUS DES A PRÉSENT !

Sterne pierregarin – LPO Anjou

Petit rappel sur l’arrêté préfectoral de protection de biotope

Sur cette partie de Loire située entre Montsoreau et les Ponts-de-Cé, les sites de reproduction des sternes sont protégés par arrêté préfectoral et tout débarquement y est interdit entre le 1er avril et le 15 août.

Comme chaque année, la LPO Anjou place des panneaux de sensibilisation et réglementaires autour de chaque colonie (bancs de sables avec installation de couples) afin que chaque site soit identifiable par les usagers de la Loire. Le but est d’assurer toute la quiétude nécessaire aux couples de sternes pour la réussite de leur cycle de reproduction. Ces mesures sont essentielles et accompagnent le dispositif d’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope actuellement en vigueur sur 2 tronçons de Loire. Chaque colonie est ainsi « protégée » par la mise en place de panneaux signalant la présence d’un site occupé.

Cette année encore, la population de sternes reste très fragile et leurs nichées menacées. Les gestes à respecter sont pourtant simples.

Quelques règles simples à respecter

  • Ne pas débarquer sur un site équipé de panneaux
  • En cas de grève tardivement rattachée à la berge : respecter la colonie et maintenir son chien en laisse
  • Pas de survols à basse altitude
  • Passer au large de sites équipés de panneaux, ne pas s’approcher, ne pas stationner à proximité directe, rester silencieux

Conclusion

Les Sternes et plus largement le patrimoine naturel de ce fleuve Loire qui nous est cher, sont un bien commun que nous nous devons tous de protéger afin que nos enfants, petits-enfants et générations futures puissent continuer de s’émerveiller de leur présence, de les voir évoluer sur ce fleuve.

Notre association, associée à de nombreuses structures telles que le PNR Loire-Anjou-Touraine, la DDT 49, l’Office Français pour la Biodiversité (OFB), œuvre chaque année à leur protection mais nos actions conjointes ne pourront y parvenir sans une participation collective.

Il est désormais temps que chacun d’entre nous prenne conscience de la fragilité de ces espèces et de l’importance de les protéger.

Cela passe inévitablement par le respect de la quiétude de ces oiseaux au cours de la saison de reproduction.

Dites NON à la chasse « traditionnelle » de plus de 150000 oiseaux

Rouge-gorge tué par un piège à la glu, chasse non sélective.

Le Ministère de l’écologie vient de soumettre à la consultation publique 11 arrêtés prévoyant d’autoriser la chasse de dizaines de milliers d’oiseaux sauvages dans des conditions révoltantes. Nous vous invitons à y participer.

Toutes les informations et les liens vers les consultations sont ici

Chasse : sursis pour le Courlis cendré et la Barge à queue noire ?

Courlis cendré © David Allemand

Le gouvernement propose la suspension de la chasse de ces deux oiseaux menacés pour la période 2020-21. Encourageant, mais pas suffisant.

L’argumentaire et le lien vers la consultation est à retrouver ici.

Une nouvelle présidence à la LPO Anjou

Voilà un peu plus de 10 ans que Jean-Pierre Moron préside cette association et il ne veut pas monopoliser ce poste :

« Les années se sont aussi accumulées sur moi, et il est temps de céder la place à quelqu’un de plus jeune qui sera plus dynamique ! Ce que je peux affirmer c’est que j’ai assumé cette fonction avec beaucoup de plaisir et qu’elle m’a apporté beaucoup de satisfaction personnelle. Le bénévolat prend beaucoup de votre temps mais il apporte aussi plein de richesses dont celle de vous avoir rencontrée. Je ne quitte pas pour l’instant le conseil d’administration, je tiens à rester auprès de mes collègues et amis administrateurs afin de poursuivre notre combat pour la biodiversité. »

Jean-Pierre Moron

Jean-Pierre Moron est maintenant vice-président de l’association

Les membres du Conseil d’Administration de la LPO Anjou remercient vivement Jean-Pierre pour ces années passées à la présidence de la LPO Anjou. Tâche qu’il a accomplie avec beaucoup de bienveillance, de bonne humeur, toujours prêt à écouter, rencontrer et donner de son temps pour faire avancer la cause. Placer notre association de protection de la nature au rang des interlocuteurs incontournables de la vie publique a été un de ses objectifs. Nous sommes heureux de savoir qu’il souhaite rester au sein du conseil d’administration. Il nous fera profiter encore longtemps de sa sagesse, de ses connaissances des dossiers, de son expérience.

Présider une telle association d’une quinzaine de salariés, c’est une grande responsabilité, beaucoup de temps en réunion au sein de l’association, en temps de médiation avec divers interlocuteurs. C’est veiller à la sécurité financière afin de continuer à agir pour la nature. C’est aussi beaucoup de temps passé en représentation auprès des collectivités locales, des institutions et de leurs représentants.

Nous remercions donc aussi son épouse Paulette qui a accepté ses absences nombreuses et assumé ainsi sa part dans les engagements pris par Jean-Pierre !

Portrait de Reine, nouvelle présidente de la LPO Anjou

Reine Dupas, nouvelle présidente de la LPO Anjou

Native du Maine-et-Loire, je suis revenue m’y installer pour ma retraite il y a juste 8 ans après avoir vécu 20 ans en région parisienne et une quinzaine d’années à la Roche-sur-Yon. Entrée par une petite porte dans l’administration et aujourd’hui retraitée du ministère de l’agriculture, j’ai œuvré la plus grande partie de ma vie professionnelle à la protection des espaces naturels et agricoles dans les documents d’urbanisme.

La passion des oiseaux m’est tombée dessus au moment de ma migration vers la capitale. L’oiseau n’a cessé ensuite de tenir une grande place dans ma vie. J’ai d’abord adhéré au CORIF (Centre ornithologique de la région Ile-de-France) : imaginez les réunions mensuelles dans un amphi un peu poussiéreux du Museum… Intéressée par toute la Nature j’ai fréquenté entre autres un peu « Les naturalistes parisiens » et surtout j’ai adhéré à la LPO en 1988.

J’ai appris beaucoup dans toutes ces associations, posé mon regard sur la qualité des milieux naturels grâce à l’ornithologie. C’est en Vendée que je me suis investie vraiment dans le fonctionnement de l’association où pendant 3 années j’ai assumé le poste de secrétaire de la LPO Vendée. Et depuis 7 ans je participe au conseil d’administration de la LPO Anjou.

Bien qu’observatrice active, contributrice de Faune-Anjou, en particulier par ma participation au suivi STOC (suivi temporel des oiseaux communs) depuis une vingtaine d’années, mon approche n’est pas exclusivement naturaliste. Je dirai même qu’elle est d’abord artistique et poétique, une façon éclectique de plonger dans le monde du vivant. Et c’est ainsi que fascinée par l’Oiseau, par le jeu qu’implique sa possible observation, j’ai laissé ces êtres légers conduire mes découvertes de la nature ici et par le monde. Libres et sauvages dans leurs milieux, grands migrateurs, indépendants des humains, c’est ainsi que je les veux…

Aujourd’hui, dans ce contexte de l’effondrement des espèces, du réchauffement climatique, des atteintes redoublées aux milieux naturels, c’est avec émotion que j’ai accepté d’assurer la fonction de présidente de la LPO Anjou. Avec vous tous, je souhaite contribuer au basculement nécessaire de nos sociétés pour une prise en compte réelle de la biodiversité.

Reine Dupas

Concours photos 2020 : 2ème édition

Le premier concours photos a été un succès et nous vous en remercions chaleureusement.

Toujours dans le but de redynamiser et renouveler notre photothèque, nous avons décidé de réaliser une 2ème édition.

Si vous êtes créatifs et que vous avez envie de nous faire partager votre talent de photographe naturaliste, venez jouer avec nous. Pour cela, il suffit de nous proposer votre plus belle photo sur le thème « Nature en été » du 1er juillet au 31 juillet 2020.

Toutes les photos sont les bienvenues : Paysages, espèces, ambiance particulière, situation dynamique et colorée… du moment que le thème est respecté ! Attention, les photos doivent être en haute résolution, prises en Maine-et-Loire durant la période du concours et respecter des conditions d’éthique irréprochables.

Un vote sera ensuite effectué et le gagnant aura la chance de voir sa photo illustrer la couverture de la page Facebook « LPO Anjou » jusqu’au prochain jeu concours.

Vous pouvez envoyer votre photo à l‘adresse suivante : anjou.vieasso@lpo.fr. Merci d’indiquer dans l’objet « Concours photo LPO ».  Pour tout autre précision, veuillez contacter cette même adresse. En cas de fichier trop volumineux, vous pouvez également utiliser un serveur de type :

Le concours est gratuit et ouvert à toute personne physique. Les photos sont données sans compensation et ne seront pas utilisées à d’autres fins sans votre accord. Afin de clarifier les droits de cession de droits photographiques à la LPO Anjou, une convention a été mise en place sous forme de questionnaire à retrouver ici : https://framaforms.org/convention-droits-dutilisation-2020-1581495807, merci de prendre le temps d’y répondre (seulement dans le cas où vous souhaitez nous envoyer des photos).

Merci de votre participation, au plaisir de partager vos plus beaux moments nature !

Pour la huitième année consécutive, la LPO Anjou propose aux jeunes du département de profiter de quelques jours de leurs vacances pour découvrir et préserver le patrimoine naturel et historique de la vallée du Layon.

Du 17 au 25 août (hors week-end), l’association propose 7 jours de chantier découverte (sans hébergement) à des jeunes de 12 à 17 ans. Epaulé, le matin, par le conservateur de la Réserve, les participants auront pour mission de réaliser des nichoirs, un abreuvoir en pierres maçonnées, un sentier botanique ou d’entretenir les espaces.

L’après-midi, ils pourront, accompagné d’un animateur nature, découvrir le patrimoine naturel et historique de l’Anjou en participant à un rallye nature au coeur de la Réserve, en naviguant en canoë sur le Louet ou en partant à la découverte des oiseaux de Loire.

Ce stage gratuit se déroule sur la réserve naturelle régionale des Coteaux de Pont-Barré à Beaulieu-sur-Layon. Il s’adresse à des jeunes soucieux de l’environnement et qui ont envie de s’impliquer dans sa protection. Aucune compétence n’est requise, à part être toujours de bonne humeur et surtout aimer la vie en groupe !

Construction d’un muret et sortie canoë lors des précédentes éditions

Il permettra de mettre en place des aménagements au profit de la faune sauvage et aux jeunes de se rencontrer autour d’une action concrète. De 8h30 à 17h30, il faut prévoir le pique-nique pour le déjeuner, une tenue qui ne craint pas les travaux d’extérieurs et une bonne casquette (les coteaux sont orientés plein sud). Nous fournissons tout le matériel de chantier, le goûter et l’eau.

À 25 km au sud d’Angers, la Réserve Naturelle Régionale des coteaux du Pont-Barré surplombe la vallée du Layon et ses vignobles. Le relief particulier, fait de pentes entrecoupées de nombreux petits plateaux et d’escarpements rocheux, et la complexité géologique (mélange de roches acides et basiques) participent au maintien d’une mosaïque d’habitats naturels, auquel contribuent des conditions climatiques tout aussi remarquables. L’exposition très ensoleillée, la très faible pluviométrie alliée à l’orientation de la vallée et son lien avec la Loire expliquent la présence de nombreuses espèces végétales et animales d’affinité méridionale.

Loire en crue : impact dramatique sur la reproduction des Sternes

Louis-Marie Préau – Sternes naines

La semaine dernière, la Loire avait entamé une dangereuse montée de son niveau d’eau qui a mis fin à tout espoir de voir une bonne reproduction des sternes, espèces d’oiseaux déjà fragilisées, nichant sur les bancs de sables en bord de Loire.

Les effectifs de cette année étaient pourtant prometteurs. Avant le 17 juin, on recensait 256 couples de Sternes pierregarin et 152 couples de Sternes naines, répartis sur environ 14 grèves des Ponts-de-Cé à Montsoreau.

Le 18 juin, après une forte crue en amont et notamment sur l’Allier, la Loire a augmenté de plus d’1m50 balayant tout sur son passage. Les effectifs de Sternes pierregarin ont ainsi chuté de 43% pour atteindre 146 couples et 8 poussins observés. Ceux des Sternes naines ont chuté de 80% pour atteindre 32 couples répartis sur 3 grèves restantes. 2 poussins de Petit gravelots avaient également été aperçus.

La Loire a atteint son pic le 19 juin 2020. Elle est redescendue ces derniers jours. Mais le bilan nous laisse un goût amer. En effet, il ne restait malheureusement plus que 6 couples de Sternes pierregarin au total et un seul de Sternes naines le 19 juin. Seulement 3 poussins ont été observés.

L’espoir de voir apparaître une seconde nichée en fin d’été est très faible. En effet, les Sternes repartent habituellement en Afrique à la mi-août et il faut compter une quarantaine de jours pour qu’elles puissent mener à bien leur nichée.

Alerte fortes chaleurs

Martinet noir juvénile – Théophile Tusseau ©

Avec le retour des beaux jours, les fortes chaleurs arrivent aussi !🌡️

De ce fait nous vous invitons à laisser de l’eau un peu partout dans vos jardins (pas trop profond et/ou avec une pierre ou rebord dedans) afin que nos amis à plumes et à poils puissent s’hydrater.

Mais hélas ça n’aidera pas tout le monde !

Les Hirondelles et Martinet noir nichant sous les toitures sont certainement les plus exposés. Avec les fortes chaleurs, les nids souvent installés sous les ardoises de nos toits, se transforment vite en fournaise ! Recherchant un peu d’air « frais », les jeunes oiseaux se rapprochent du bord et tombent !

En cas de découverte, ramassez-le tout de suite, installez-le dans une petite boîte à chaussures avec du papier essuie-tout, dans une pièce au calme et au frais, pas d’eau pas de nourriture, hydratez-le en faisant goutter de l’eau sur la pointe du bec (jamais directement dedans avec seringue ou cuillère !)

La LPO Anjou n’est pas un centre de soin et ne peut pas prendre en charge la faune sauvage en détresse. Nous vous invitons à prendre directement contact avec un des centres de sauvegarde de la région.

  • Centre Vétérinaire de la Faune Sauvage-Oniris
    Route du Gachet – 44 307 Nantes
    02 40 68 77 76
  • Centre de Sauvegarde Valentine et Jacques Perrin
    Route de Ménil Saint-Fort – 53 200 Château-Gontier
    02 43 07 24 38
  • Pour tous conseils ou infos supplémentaires, vous pouvez contacter la LPO Anjou au 02 41 44 44 22 (exclusivement pour le Maine et Loire)