Se connecter
Ligue pour la Protection des Oiseaux - délégation Anjou (LPO Anjou) LPO Anjou

Que faire?

Information : Le relais de soins faune sauvage de la LPO Anjou, basé à Chalonnes, a cessé son activité. Des problèmes de locaux et une trop lourde charge ont eu raison de la bonne volonté des bénévoles les plus engagés. Vous regrettez la fermeture du relais de soins ? N’hésitez pas à le faire savoir par mail  accueil@lpo-anjou.org ou sur notre page facebook www.facebook.com/lpoanjou

 Bulletin d'information

Retrouvez ici le bulletin d'informations du réseau "Faune en détresse 49" du mois d'Avril.


DEVENEZ BENEVOLE RAPATRIEUR ET VOLER AVEC NOUS AU SECOURS DE LA FAUNE EN DETRESSE !

La LPO Anjou travaille à la mise en place d’un réseau de collecte et de transport afin de venir en aide aux animaux en détresse du Maine-et-Loire. Vous pouvez nous aider en devenant bénévole rapatrieur pour le programme oiseau en détresse en cliquant ICI.

J’ai trouvé un animal en détresse : que faire ?

Reconnaître les causes de détresse

Avant tout, il s’agit de s’assurer que l’animal est réellement en difficulté. Par exemple, un oisillon trouvé à terre n’est pas forcément en situation de détresse (voir ci-dessous les cas particulier des oisillons tombés du nid et oiseaux bagués). Ainsi dans un premier temps, prenez le temps d’observer l’oiseau et l’environnement dans lequel il se trouve. Les situations de détresses sont à mettre en lien avec les saisons (le printemps et l’été étant propice à la découverte des jeunes tombés du nids et l’hiver étant lié aux oiseaux qui souffrent de faim et de froid) .

Comment réagir :

- Avant tout, garder votre calme pour ne pas communiquer votre stress à l’oiseau

Protégez-vous ! Utilisez des gants et soyez vigilant aux serres et aux coups de becs

Capturez l’oiseau avec prudence à l’aide d’un tissu épais (serviette, vêtement). Maintenez-le les ailes repliées le long du corps et la tête cachée (dans l’obscurité l’oiseau se calmera)

- Evitez tout geste brusque et manipulation superflue. Veillez à ne jamais l’exhiber : le stress supplémentaire aggraverai son état

Ne lui donnez ni a manger, ni a boire, demandez conseil afin de ne pas faire d’erreur

Placez-le dans un carton et en aucun cas dans une cage à grillage ou barreaux qui risquerait de le blesser d’avantage. Le carton doit être adapté à la taille de l’oiseau, percé de quelques trous pour l’aération. Pensez à bien refermer le carton et coller une feuille dessus avec la mention « oiseau vivant ». Vous pouvez joindre au carton une feuille de renseignement (lieu, date et conditions de découverte) qui permettreont par la suite au vétérinaire de plus facilement établir un diagnostic.

Isolez-le au calme, dans une pièce calme, obscure et tempérée

 

Chaîne de soin

Si l’oiseau est blessé, trois centres de soin dans la région sont en capacité d’accueillir les animaux sauvages. Vous pouvez ainsi amener directement l’oiseau dans un de ces centres de sauvegarde qui réhabiliteront d’oiseau :

 

- Le Centre Vétérinaire de la Faune Sauvage et des écosystèmes des pays de la Loire ONIRIS

Site de la Chantrerie – Route de Gachet

44307 NANTES

Téléphone : 02 40 68 77 76

Adresse mail : faunesauvage@oniris-nantes.fr

 

- Le Refuge de l’Arche – Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage - Valentine et Jacques Perrin

Saint-Joseph des Genêts

53200 CHATEAU-GONTIER

Téléphone : 02 43 07 24 38

Adresse mail : info@refuge-arche.org

 

- Sauve Qui Plume

8 chemin des Hautes Rentries

37390 CHANCEAUX-SUR-CHOISILLE

Téléphone : 02 47 55 18 06

Adresse mail : sauvequiplume@hotmail.fr

 

Plus vite l’oiseau sera pris en charge par des spécialistes de la faune sauvage, plus il aura de chances de pouvoir être relâché dans la nature.

Attention : La majorité des oiseaux sauvages sont des animaux protégés par la loi. Leur possession, leur détention, leur naturalisation et leur transport sont réglementés.

Dans l’urgence, contactez le centre de sauvegarde le plus proche de chez vous, votre vétérinaire ou la LPO qui vous conseillera.

 Trouver plus d’informations en consultantant le guide « secourir un oiseau en détresse » 


Cas particuliers

Si l’oiseau est bagué

Si l'oiseau est vivant, laissez la bague en place. Notez le lieu, la date, les circonstances de la découverte, la cause et vos coordonnées complètes. Le centre de sauvegarde qui soignera l'oiseau transmettra ces informations ainsi que le numéro de la bague, l'espèce et la date du relâcher au CRBPO (Centre de recherche sur la biologie des populations d'oiseaux).

Si l'oiseau est mort, envoyez la bague dans une enveloppe avec toutes les précisions nécessaires au :

CRBPO

55, rue Buffon, 75005 PARIS

(Pour un oiseau trouvé en Maine-et-Loire, merci d'en adresser une copie par courriel ou par la poste à la LPO Anjou, 35, rue de La Barre, 49000 Angers).

 

Oisillon tombé du nid

Vous vous êtes certainement déjà retrouvé face à un oisillon à terre, tout mignon, sans savoir quoi faire et voulant pourtant l'aider.

Assurez-vous qu'il soit vraiment en détresse car beaucoup de jeunes quittent le nid avant de savoir voler.

 

S'il s'agit de jeunes rapaces : 

  • nocturnes (chouettes et hiboux) : les laisser impérativement sur place, les placer sur une branche haute (à l'abri d'éventuels prédateurs) et les parents continueront à les nourrir, comme si de rien n'était.

  • diurnes : si le nid est en bon état, occupé et accessible sans dérangement, remettre le poussin près des ses frères ; sinon nous contacter ou l'acheminer vers le relais de soins de Chalonnes.

(Les nocturnes ont les yeux sur le devant de la tête (comme les humains) ; les diurnes ont les yeux de chaque coté de la tête.)

 

S'il ne s'agit pas de rapaces, il faut distinguer deux situations :

  • l'oisillon est peu emplumé ou en duvet  

  •    Si le nid est intact, replacez-le dedans.

  •    Si le nid est détruit, essayez d'en recréer un autre au même endroit.

  • l'oisillon est bien emplumé   

    • Soit il a quitté son nid trop tôt : tentez alors de le localiser et de l'y déposer.

    • Soit il est à quelques jours de son envol : laissez faire la nature.





réalisation Mickael Desgranges - 2010