Se connecter
Ligue pour la Protection des Oiseaux - délégation Anjou (LPO Anjou) LPO Anjou

Le Râle des genêts

Râle des genêts adulte © F. Cauet

 
 
Embranchement : Vertébrés
Classe : Oiseaux
Ordre : Gruiformes
Famille : Rallidés
Genre : Crex
Espèce : crex (Linné, 1758)
Nom vernaculaire : Râle des genêts
Longévité moyenne : 4 ans
Taille : 20 à 30 cm de long et  46 à 53 cm d'envergure
Poids : de 150g pour les femelles à 200g pour les mâles

 Pourquoi s’intéresser à cet oiseau ?

Le Râle des genêts Crex crex, espèce intégralement protégée en France, est classée « En danger » sur la liste rouge des espèces menacées du territoire. Lors de l’enquête nationale de 2009, la population était estimée entre 495 et 551 mâles chanteurs, contre 1 140 à 1 280 en 1998. En 2012, les dénombrements sont alarmants, seuls 344-359 mâles chanteurs sont recensés !


Évolution du nombre de mâles chanteurs de Râle des genêts en Maine-et-Loire, comparaison avec l’évolution de l’effectif national     (les 5 premières dates/périodes correspondent aux enquêtes nationales)

  Où le trouver en Anjou ?

Les Basses Vallées Angevines  : un site d'exemption

 

 

Pour en savoir plus : http://bassesvalleesangevines.n2000.fr/

  Quelles sont les menaces qui pèsent sur le râle?

Les études rélisées en Europe (Green et al., 1997, Stowe & Green , 1997a, 1997b) ainsi qu'en france (Broyer, 1994, 1995, 1996, deceuninck et al., 1997, mourgaud et Beslot 2011) ont décris les principales menaces suivantes :
  • la perte et le dégradation de l'habitat de raproduction;
  • la fauche ou le pâturage trop précoce;
  • le destruction des nids et une mortalité accrue des jeunes lors
     des fauches
  • une mortalité des adultes lors des fauches ( principalement lors de la mue):
  • le prédation
  • les prélèvements par tir et capture;
  • la mortalité par collision avec des éléments fixes ou les automobiles.

            Les groupes familiaux peuvent se retrouver séparés lors des fauches or un poussin de moins de 10 jours ne peut survivre sans sa mère.

© P. Lecomte

Certains râles, jeunes ou adultes en mue, perdent souvent la course devant la faucheuse.

©V. Sottejeau & M. Thomann

 

 

Comme de nombreuses espèces, les nids de râles sont difficiles à détecter. Et leur découverte intervient la plupart du temps trop tard… 

© E. Séchet

 

Comment protèger le Râle des genêts  ?

 Initier des programmes

La LPO Anjou travaille depuis sa création à la préservation de l’espèce au travers de différents programmes européens et plans d’actions nationaux.

  • Programme ACNAT-LIFE 1991/1995 – « Sauvegarde des prairies alluviales des BassesVallées Angevines » ;
  • Programme européen LIFE Nature pour le Râle des genêts 1994/1996 – « Programme d’actions pour la France » ;
  • Plan national de restauration du Râle des genêts 2005-2009
  • Programme LIFE Nature 2011 /  2015 " Protection des sites de reproduction et réalisation d'actions novatrices et démonstratives favorables au Râle des genêts".
  • Plan national d'actions  2013 / 2018

Engager des actions


 © R. Bonnet

Améliorer les connaissances

Objectifs : mieux comprendre les besoins de l’espèce et appréhender les menaces

Moyens : réaliser les comptages, le radiopistage / accompagner les agriculteurs lors des fauches…

© R. Bonnet

Conserver/Restaurer les milieux

Objectifs : offrir aux râles des sites pour se reproduire
 
Moyens : acquérir des milieux favorables ou délaissés, les restaurer en prairies/ engager des baux environnementaux et
 des MAE*/créer des zones refuge…

 

© P. Samson


Travailler avec l’ensemble des acteurs concernés

Objectifs : optimiser les moyens

Moyens : consulter, se réunir, travailler avec l’ensemble de la profession agricole / associations naturalistes / pouvoirs publics…


© S. Hennique

Sensibiliser et communiquer sur la problématique du Râle des genêts

Objectifs : faire connaître l’espèce 

Moyens : créer des plaquettes, proposer des animations, faire participer les bénévoles aux suivis…

  * MAE : les mesures agro-environnementales existent depuis 1993 dans les basses vallées Angevines sur le territoire Natura 2000. 

Ces mesures permetent de retarder les dates de fauche en prposent des comprensations financières pour pallier le manque de rendement.

Dans les BVA, il existe 3 mesures : pas de fauche ou de pâturage avant le 20 juin, et pas de fauche avant le 10 et 20 juillet.

 

Zoom sur le suivi télémétrique

Pourquoi ce type de suivi ?

Très discret, le Râle des genêts ne se dévoile pas si facilement. Pour mieux comprendre comment il utilise son environnement pour mener à bien son cycle biologique (reproduction, alimentation, mue, pauses migratoires…) et l’influence que peuvent avoir les fenaisons à cette période délicate, des études télémétriques sont menées depuis 2012 dans le cadre du programme LIFE+ Nature 2011/2015. L’objectif est de suivre 60 oiseaux : 40 dans les BVA et 20 en Picardie.

Les premières conclusions ne pourront aboutir qu’en 2014 au terme de l’étude.

N.B : un suivi avait déjà été engagé en 2002-2003 lors du 1er programme LIFE sur une petite dizaine d’oiseaux mais avait laissé les chercheurs sur leur faim. En effet, faute de crédits nécessaires à l'achat des émetteurs, ce suivi n'a pu être poursuivi.

 Comment ça se passe ?

Les captures des adultes se réalisent de nuit (22h30-6h00) lorsque les mâles tentent d'attirer les femelles sur leur territoire grâce à leur chant si caractéristique "crex-crex".

Les jeunes, quant à eux, sont capturés lors des fauches par les sauveteurs qui suivent les tracteurs et qui restent à l'affût de mondre mouvement pour éviter que les oiseaux ne soient blessés voir tués par la faucheuse.

 Ce jeune sauvé de la fauche se laisse manipuler pour la pose de son émetteur…

© R. Bonnet


Mais il est heureux de retrouver sa liberté !!

© R. Bonnet

 

Zoom  sur les barres d'effarouchement

Pourquoi ce type d'outil ?

Dans le cadre du programme LIFE, la LPO Anjou a acquis 2 barres d'effarkuchement et les a mises à disposition d'agricultureus volontaires de BVA.

Ces dispositids, placés devant les faucheuses, devraient permettre de limiter la mortalité sur l'avifaune nicheuse.

Comment ça marche?

L'une des barres (à gauche) fonctionne sur une relevage avant et peut s'adapter à tous ls tracteurs possédant un attelahge trois points. Les premiers suivis ont montré l'efficacité du système composé des doubles chaînes en termes en termes de bruit et de vibrations. L'autre(à droite) dealoppée par la ferme de Trinottières de la Chambre d'Agriculture de Maine et Loire, s'attache à la barre de masse . Un vérin électrique permet de relerver la barre pour les passages sur la route. Le seul inconvénient de ce dispositif est qu'il est unique pour chaque tracteur.

       © S. Hennique, LPO Anjou

© A. Artaux, CA49

 

 

 

 

 

 

 

 Pour en savoir plus :

 

 

 

 

 

 

 


         

 





réalisation Mickael Desgranges - 2010